Petite Enfance

Seuls 3 % des enfants issus des familles bénéficiaires d’un minimum social sont gardés en crèche.

Actuellement La Rochelle souffre d’un manque évident de places en crèches municipales . Ce qui signifie qu’en matière sociale et économique ; concrètement il reste beaucoup à faire !

Il ne suffit pas de prétendre « que nous sommes un territoire solidaire, que nous luttons contre toutes les formes de discrimination et de ségrégation » pour que cela soit VRAI.

“La publicité nous manipule, mais elle le fait
d’une façon saine et claire puisqu’elle annonce la couleur.”
Christian Blachas

Les déclarations de ce genre sont des méthodes irrésistibles, pour vendre efficacement aux masses des (é)-lecteurs des visions personnelles, non anodines et loins d’êtres universelles.

Le service communication de la majorité en place aime exploiter les effets d’optique qui font grandir la réalité du terrain plus qu’elle est. Miroir aux alouettes, ils utilisent la rhétorique classique pour dresser leur écran de fumé nécessaire à la manipulation, l’exploitation et l’asservissement en douceur des citoyens rochelais qui attendent d’eux davantage d’authenticité informationnelle.

MCR soutient les familles rochelaises et considère que la puissance d’une ville passe aussi par ses modes de gardes adaptées aux tout petits. Pour nous, les sphères du développement, affectif, physique, cognitif, social et émotionnel sont inséparables. Nous devons penser davantage aux enfants, à tous les enfants et changer nos perceptions, méthodes et proposer de services adaptés aux familles de nos 28 communes et quartiers.

Actuellement, il y’a seulement 5 crèches municipales pour 275 places pour une population d’agglomération de 167 675 personnes !!

Le ratio est tellement faible qu’il est inutile de faire le calcul !

Comment permettre aux femmes de renouer avec le travail, si la municipalité et les acteurs sociaux n’offre pas plus de place en crèche ?

Les demandeurs d’emploi peinent à obtenir une place en crèche, rendant difficile l’accès à un entretien d’embauche, à une formation professionnelle ou à une période d’essai.

Beaucoup de familles rochelaises sont contraintes de recourir aux solutions du privé, aux papy siter, aux mamy-siter, aux assistants maternels (en Charente maritime : 4 114 assistants maternels) pour faire garder leurs enfants. D’autres familles décident tout simplement de renoncer au travail ; car financièrement elles n’ont pas les moyens (même avec les aides de la CNAF) de verser à un assistant maternel un salaire mensuel, ainsi que des indemnités éventuelles pour couvrir les frais de nourriture ou d’entretien des matériels.

MCR dans son projet de concertation compte innover et développer de nouvelles ressources au service des parents. Cela ne peut se faire qu’avec vous !

Rejoignez-nous, pour qu’ensemble nous puissions imaginer et construire un projet participatif citoyen qui a du sens et qui vous ressemble.